Partagez | 
 

 Sloan Von Rosen [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 198
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 24

MessageSujet: Sloan Von Rosen [•]   Mer 17 Déc - 19:52


Sloan Von Rosen
"EXORCIZAMUS TE"



28 ans ∞ Suède ∞ Embaumeur
situation amoureuse ∞ Homosexuel ∞ feat: Matthew Gray Gubler


Myself

∞ Caracter: Caractère :De part son enfance en solitaire il est habitué à être seul mais avec le temps il à apprit à se sociabiliser même s'il à généralement du mal à faire passer ses émotions et surtout à être gentil. C'est un homme sarcastique et hautin qui se dissimule derrière son sourire d'ange et ses tours de passe, il faut généralement se méfier de lui il à apprit à garder précieusement ses pensé pour lui. Il est un excellent menteur, impossible de savoir quand il dit la vérité ou non. Beaucoup le trouve étrange, dans son monde avec son casque sur les oreilles sa passion pour la restauration des corps et son regard dans le vide.  Avec son passé bourgeois il est devenue exigent quand à son hygiène de vie entre autre c'est un fin gourmet qui aime déguster les saveurs et faire plaisir à son palet.  Il aime se cultiver, lire, voir des films, mais surtout étudier, décortiquer les choses. Il est sur de lui, se sachant intelligent et que jamais il ne sera pris, il est bien trop méticuleux, c'est à la limite du toc son obsession du rangement et de l'ordre. Cela va de même pour les corps qu'il entretient, très minutieux il fait un travail d'orfèvre sur leurs corps abimés. Quand il est stressé ou énervé il a un tic qui consiste à faire claquer sa langue sur son palet deux fois tout en serrant la mâchoire à s'en faire grincer les dents. Lorsqu'il est dans un embaumement ou tout autre travail réclamant de la concentration il déteste être interrompu. Lorsque Sloan est contrarié ou agacé il se munira de sarcasme ou de paroles cinglantes sur l'objet de son agacement. Il est possessif et n'aime pas partager ce qu'il aime, pourtant il joue toujours les détaché ne supportant pas de montrer cette faiblesse qu'est son affection. Il aime raconter des énigmes et faire des tours de magies.

∞ Physical: Bien qu'il n'ait plus peur des esprits le poursuivant son sommeil est rare, souffrant d'insomnies chroniques ses yeux son creusé de cernes et son teint est pâle. Ses poignets ont des vielles marques de brûlures tout comme ses chevilles, vestiges d'un souvenir douloureux. Il ne cherche pas à les cacher à tout prit, mais il n'aime pas qu'on lui en parle se remémorer l'acte les ayant créé étant toujours douloureux. Lorsqu'il travaille sur un embaument il porte généralement un casque audio et écoute sa musique assez fort pour ne pas être dérangé par le manque de savoir vivre des esprits qui résident dans son lieux de travail. Il a une passion pour la botanique et concocte même des remèdes médicinaux ou des poisons à ses heures perdues. De parts ses recherches sur l'occultes il a une certaine connaissance de la magie noir et de ses rituels. Sloan à une passion pour la lecture, grâce à son Q.I et à sa mémoire photographique il peut lire rapidement et retenir le contenu de l'ouvrage, une grande partit de sa maison ressemble à une bibliothèque. Il fume quelque fois, il à toujours une boite à cigarette en argent gravée sur lui-même si il ne l'utilise que très rarement. Il à une serre dans son jardin ou il entrepose toutes ses urnes mortuaires, de l'extérieure ces poteries sont tout à fait normales, il les confectionne lui-même dans l'atelier de céramique qu'il s'est aménager dans une partie de sa vielle bâtisse. Il aime les travaux manuelles que ce soit pour réparer les corps, sculpter ou encore cuisiner, il a de nombreuses cordes à son arc.


My history

Sloan fixe l'homme à qui il s'apprête à réciter le fil de sa vie. Pourquoi diable devait il s'étendre ainsi sur son passé déjà ? Il n'arrive plus à s'en souvenir, mais l'homme lui sourit les jambes croisées ses mains jointes posées dessus, attendant patiemment qu'il commence son récit.

-Tu risque de t'ennuyer, je n'ai jamais considéré ma vie comme très passionnante

-Laisse moi en juger en temps voulus veux-tu ?

"Je suis né en décembre, saison ou la nature c'est laissée mourir pour mieux renaitre, la mort ne cesse de m'accompagner depuis ma naissance. Ma mère ne pouvait pas avoir d'enfant, elle à bien essayé, mais elle n'a essuyé que des fausses couches, j'étais en quelques sortes sont petit miracle, sauf que ça n'avait rien de miraculeux. Au fil de mes recherches sur l'occultes j'ai découvert que ... les gens "comme moi" naissent après qu'un parent ai pactisé avec un démon. J'imagine mal mon très pieux père faire une telle démarche, je pense donc que c'est ma mère qui a donné sa vie en échange de la mienne.Tu te doutes de la suite, lorsque j'ai poussé pour premier soupire elle fit son dernier. Je ne suis pas triste à cette idée, à vrais dire, je me moque complètement de cette femme que je n'ai jamais connue. Bien sûr j'ai un minimum de reconnaissance pour son sacrifice, sans elle je ne serais pas là. Mais je n'ai jamais éprouvé la moindre once de tristesse lorsqu'on me forçait à aller déposer des fleurs sur sa tombe. C'est idiots cette tradition d'ailleurs, à quoi sert d'orner les tombes ? Les morts s'en moquent bien ils ont autre chose à faire et crois moi ceux qui reste sur terre sous forme fantomatique on souvent mieux à penser que de savoir quelle fleur hors de prix leurs a ramené leur petit fils qu'ils connaissent à peine.Mais je m'éloigne du sujet principal. Mon père m'en a toujours voulu d'avoir prit la vie de sa femme bien aimée, même si je n'y été pour rien, résultat j'ai été un enfant qui a dut vivre sans l'affection de qui conque, qui cherchait par tous les moyens à attirer l'attention de son père. Pitoyable non ? Ou peut être typiquement humain. J'ai été élevé par diverses nourrices que je méprisais, par extension et aussi loin que je me souvienne je crois avoir toujours détesté les femmes, elles sont sournoises, vénales, et ne trouve jamais mieux que de faire jouer leurs chattes pour obtenir ce qu'elles veulent, elles sont sournoises, on ne sait jamais ce qu'elle pense"

-Tu aurais fais une très bonne femme Sloan.

Le dit nommé lui jette un regard noir avant de tirer une bouffé de nicotine pour se calmer laisser la tension remonter, il avait encore tant à conter.

"Elles se succédaient au fil des années, non pas parce que elles ne supportaient plus l'enfant étranges que j'étais, quoi que, mais surtout parce que mon père c'était lassé de les baiser. Il m'éduquait, dans le rôle du précepteur froid et sévères il méritait un oscar ! Il ne lésinait jamais sur les coups pour me punir, mais en un sens je le remercie pour ça, je suis loin d'être douillé à présent, il en faut pour me faire mal. Lorsque je ne me cultivais pas je me promenais dans l'immense manoir familiale, en Suède, mon pays natale. Toi qui te moque souvent de mon accent tu le comprends maintenant. On vivait dans une petite communauté très porté catholicisme et mon père dirigeait et dirige toujours, la ville et ses emplois, sans lui plus de village en somme. Malgré notre statut sociale plus qu'avantageux je n'ai pas été un enfant gâté, je n'avais pas à me plaindre non plus, généralement quand pour mon anniversaire je demandais quelques choses je l'avais."

-Et pour Noël ?

"Nous ne fêtions pas Noël, c'était la fête favorite de ma mère, elle a donc été bannie de notre vie, je n'ai jamais célébré cette fête stupide. Mais passons sur les moments insipides de ma vie je sais bien que se n'est pas ce qui brule le plus ta curiosité. Tu veux savoir pour mon pouvoir non ? Je l'ai toujours, enfant je voyais déjà les morts qui se baladaient dans notre jardin et je soupçonne que bon nombre de mes amis imaginaires de l'époque ... étaient en fait des revenants. Je ne sais plus vraiment quand j'ai compris que j'avais à faire à des entités que j'étais le seul à voir, je me souviens des visages déconfis lorsque je disais voir un être perdu il y a peu, j'étais content de dire "la dame là-bas dit que vous devriez remettre cette robe qu'elle aimait temps" ou "le monsieur vous fait signe là-bas, au coin de la rue". J'ai beaucoup embarrassé mon père avec mes histoires, il m'a emmené voir un psychologue, je pense que secrètement il espérait que je sois fous pour qu'il puisse se débarrasser de moi.  Mais je n'étais pas bête j'ai compris que je devais la mettre en veilleuse sur mes visions, le psy a pensé que j'étais seulement très imaginatif. C'est également lui qui a découvert que j'avais un Q.I supérieur à la moyenne, ce qui expliquait ma capacité à apprendre plus vite et mon incapacité à comprendre les sentiments des autres. J'ai aussi une mémoire photographique je n'oublies jamais rien et quand je dis ne pas souvenir, c'est seulement que je m'en fiche ou que je juge ces détails comme non-important. C'est suivie une période assez creuse, mon père me faisait passer des tests sans arrêt et me faisait travailler quadruple pour exploiter au maximum cet intellect qu'il jugeait m'avoir transmis. Lorsqu'il me laissait quelques temps de répit j'allais faire des recherches sur l'occulte, dans notre bibliothèque, dans celle du village et de l'église ou je me rendait chez la vielle sorcière comme on l'appelait, elle était fasciné par la magie noire et m'a beaucoup aidé. Seulement j'aurais sus être plus précautionneux, mon père c'est rendu compte de ma passion nouvelle et il commençât à se poser des questions.  Comme je te l'ai dit il n'y a rien de très passionnant dans ma vie en cette époque, je me suis découvert une passion pour la botanique, j'ai appris à mieux communiquer avec les morts et à les ignorer lorsque je voulais de la tranquillité, mais il est très dur d'empêcher un revenant de traverser les murs. Pour éviter de t'ennuyer je vais sauter jusqu'à mes seize ans, il n'était pas rare que je quitte le manoir pour aller faire ma vie d'adolescent. A l'époque je m'étais un peu amouraché d'un jeune homme Felix, il était beau, les cheveux comme un champ de blé sous le soleil et un parfums très floral, de rose je dirais. Malgré cet attrait très féminin j'adorais son odeur, elle m'apaisait. . . Un soir, on était dans sa voiture près à passer le cap, je sais que tu te poses la question et ce n'était pas ma première fois. Malheureusement ... Felix avait omis de me dire qu'il était très malade et sur la fin de sa vie, je n'avais rien vu ou alors je ne voulais pas voir, lasse d'être toujours si proche des mourants. Mais ma vielle amie la mort était encore dans les parages, alors qu'on s'embrassait, mon pouvoir à ... évolué, ou muté je ne sais pas. Felix étant en faible condition je n'ai eu aucun mal à... aspirer son âme. Je me souviens parfaitement de cette étrange sensation sur mon palet, comme si une fumée onctueuse emplissait ma bouche, je n'ai rien put arrêter puis je tombais dans les vapes sur le corps sans vie de mon amant. Quand je me suis réveillé mon père hurlait dans toute la maison, apparemment Felix avait prit le contrôle de mon corps et était partit voir sa mère, elle l'a repoussée évidemment, il lui a laissé une lettre, c'était bien son écriture de l'aveux de sa génitrice. Il va s'en dire qu'elle a eu un sacré choque en apprenant qu'il était mort. Des villageois nous avaient vues ensemble j'ai donc eu droit à tout le topo, l'interrogatoire les suspicions, j'ai raconté que j'avais trop bu et que je m'étais senti mal, j'avais laissé Felix en plan dans sa voiture. Ils m'ont cru, je ne sais par quel miracle. Bien sûr j'ai un peu paniqué en me souvenant de ce qu'il s'était passé et encore plus en apprenant que Felix avait prit le contrôle de mon corps et il ne s'était pas contenté à une fois, il rit le dessus plusieurs fois, je me rendais encore plus souvent chez la sorcière pour qu'elle aide, c'est elle qui m'appris ce que j'étais, parfois je me demande si elle n'était pas la démone grâce à qui j'étais venue à la vie, qui veillait, de loin sur moi. Mais ne précipitons pas les choses. En me voyant changer du tout au tout et découvrant mes visites récurrentes chez la vielle femme, mon père pensât que j'étais possédé. J'ai eu droit à un enlèvement digne d'un film, le sac noir sur la tête tout ça. On m'a sanglé à une chaise clouée dans le sol, j'étais dans une salle obscure et inconnue de l'église du village. J'ai tout subis, le sel, l'eau bénite, les prières et même des coups, je ne sais plus combien de temps je suis resté là dedans, trop longtemps selon moi. Ils n'ont cessé ce petit manège que lorsque j'ai vomis du sang, pour eux le mal était parti. A l'hôpital, mon père dit que j'avais subit le couru que quelques homophobes à la recherche de tantes à briser. Je ne lui ai jamais pardonné ce qu'il m'a fait, je me suis plongé dans mes études j'ai passé mon bac en candidat libre, j'aurais pu le passer bien plutôt, mais je n'en voyais pas l'intérêt lorsque j'étais plus jeune et je suis parti faire une école de thanatopraxie. Je ne me suis même pas retourné lorsque j'ai quitté le manoir."

-Pourquoi un tel choix de carrière ? Avec tes facultés tu aurais put faire tout se que tu voulais.

"Certes... Mais puisque la mort ne cessait de venir à moi, j'ai décidé de venir à elle et puis remodeler, arranger, essayer de savoir la vie vécue par les défunts avant de se retrouver sur ma table, je dois avouer que ça me plait. J'aime prendre soin d'eux en faire de belles poupées avant leur dernière grande fête. Entre temps j'ai essayé mon pouvoir sur des proies faciles, des prostitués notamment, facile de les attirer, puis au fil du temps je suis monté en grade. Pour en revenir à la sorcière, elle m'a apprit que j'était une sorte d'urne funéraire. J'aspire l'âme des personnes de mon choix même si à la base ce genre d'urnes sont utilisé pour emprisonner les mauvaises personnes. Les âmes peuvent prendre le pas sur ma conscience, mais maintenant j'arrive à le contrôler, il faut un stratagème pour les faire jaillir en surface que je ne te révélerais pas aujourd'hui, si je ne te laisse pas quelques secrets ou serait le plaisir ? Elle m'a aussi apprit à me délester de certaines âmes sans pour autant m'en débarrasser. Tu vois ma serre à l'extérieur ? Tu t'étonnes toujours du temps que j'y passe et du soin de j'y porte. Les pots que j'ai façonné moi-même dans mon atelier ont des gravures à l'intérieur, ils emprisonnent certaines âmes, en un sens ma passion pour la botanique m'a bien servi facile de cacher ses pots hors nomme avec ces fleurs. Chaque âmes à sa variété de fleurs car chaque âmes est unique"

-Je suppose que le vase avec des rose blanche dégageant un fort parfums, est pour felix.

Sloan sourit devant la perspicacité de son interlocuteur.

"En parallèle à mes études je me suis mis à aider la police comme sources sur des meurtres non élucidées, non pas que faire le bien me plaisais, mais au moins les spectres des victimes me laissaient tranquille après ça et ça me faisait un passe-temps. Seulement, la police commençait à se poser des questions même en étant précautionneux sur mes mots ils trouvaient que j'en savais trop et ils commencèrent à me soupçonner, j'ai fini mon école en avance évidemment et j'ai quitté le pays pour venir m'installer ici. Ayant touché entre temps l'héritage de ma mère j'ai pu m'acheter cette maison, pourquoi une bâtisse remplie d'histoire plutôt qu'un appartement tout neuf plus apte à mon âge de l'époque ? Je devais être vieux jeux, et de pars mon vécu dans un manoir j'aime les vieux bâtiments en pierre. Je suis arrivée ici j'avais dix neuf ans, imagine la tête de mon patron quand je suis venue postulé aux pompes funèbres, il m'a d'abord mit comme assistant ne me croyant pas si doué que ça mais j'ai vite montré de quoi j’étais capable, dès que je suis devenue majeur il m'a nommé thanatopracteur officiellement maintenant je travail là bas depuis plus de six ans le temps passe vite quand on y pense.Je me suis attaché à cette ville et à ses étrangetés et je me suis fait un nom dans la vie qui régit dans l'ombre, on fait appel à moi quand on veut se débarrasser d'une personne gênante mais qu'elle possède toujours des qualités ou des informations utiles. J'ai aussi agrandit moi-même ma collection, des âmes intéressantes ou qui semblaient juste délicieuse, je ne suis pas obligé de faire ce que je fais, mais cette sensation de gisement lorsque je vole cette chose si précieuse à une de mes proies ... Je ne m'en délaisserais pour rien au monde!"

-Il me semble que tu oublis un chapitre très important de ta vie.

-J'espérais ne pas avoir à m'étendre dessus en réalité, tu en sais déjà suffisamment sur le sujet non ?

-J'ignore ton point de vue, et il m'intéresse.

"Comme tu veux, il y a quelques temps j'ai rencontré un homme, ou plutôt une créature. Quand je l'ai vu pour la première fois, si pédant et égocentrique ... bon dieux, j'ai tellement rêvé de lui exploser son petit sourire en coin satisfait, de le voir teinté de rouge et d'ivoire. Il m'a prit de haut immédiatement, comme s'il était meilleur que moi. On a passé la majeure partie de la soirée à s'envoyer des piques dissimulés plus imaginatives les unes que les autres. Et nos rencontres suivantes se sont toujours passées ainsi, avec dédains. Jusqu'à se fameux soir, je traquais une proie pour l'un de mes clients de l'ombre, j'aspirais son essence vitale dans un lieu désaffecté ... imagine ma surprise quand j'ai vu Monsieur Alistair Montgomery jaillir de l'ombre couvert de sang. Il venait de tuer un pauvre humain, c'était un tueur en série. En cet instant, tous les deux étions mit à nue devant la personne que nous détestions le plus. Ne sachant comment réagir devant se sourire qui me faisait sortir de mes gongs j'ai fui, jusqu'à chez moi, je m'y suis enfermé. Il m'a retrouvé, harcelé même et sans que je ne puisse le contrôler, l'homme que je haïssais c'est immiscer dans ma vie, dans ma maison et dans ma couche. Tel un chat, il a attendu que je laisse ma porte ouverte par inattention et il est entré sans que je ne puisse le faire partir ... Il m'a proposé de l'accompagner sur un de ses crimes ce soir, ma connaissance de l'anatomie humaine l'aiderait sois disant, mais je crois surtout que mon pouvoir l'intéresse, mais il ne le comprend pas encore, je me devais de lui expliquer ...et voilà ou nous en sommes."

Sloan fixe l'homme face à lui, ce dernier lui sourit, se sourire si exaspérant à l'époque et que maintenant il aime dévorer. Alistair contemple son humain d'amant qui vient de lui raconter sa vie.

-voilà ou nous en sommes.


Behind the mask...


∞ Personnage: Inventé
∞ Joué: sur Les cornes de babylones

© sobade.


Dernière édition par MillinerXIII le Mer 11 Mar - 10:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clone-club.forumactif.org
Messages : 198
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Sloan Von Rosen [•]   Mar 30 Déc - 14:20





Ses relations
© fiche codée par Asi'click

Alistair Montgomery
"Nom du lien ou phrase l'illustrant"
Hac ex causa conlaticia stipe Valerius humatur ille Publicola et subsidiis amicorum mariti inops cum liberis uxor alitur Reguli et dotatur ex aerario filia Scipionis, cum nobilitas florem adultae virginis diuturnum absentia pauperis erubesceret patris.His cognitis Gallus ut serpens adpetitus telo vel saxo iamque spes extremas opperiens et succurrens saluti suae quavis ratione colligi omnes iussit armatos et cum starent attoniti, districta dentium acie stridens adeste inquit viri fortes mihi periclitanti vobiscum.Primi igitur omnium statuuntur Epigonus et Eusebius ob nominum gentilitatem oppressi. praediximus enim Montium sub ipso vivendi termino his vocabulis appellatos fabricarum culpasse tribunos ut adminicula futurae molitioni pollicitos.


Felix Von Rosen
"I didn't mean to bother you"
Hac ex causa conlaticia stipe Valerius humatur ille Publicola et subsidiis amicorum mariti inops cum liberis uxor alitur Reguli et dotatur ex aerario filia Scipionis, cum nobilitas florem adultae virginis diuturnum absentia pauperis erubesceret patris.His cognitis Gallus ut serpens adpetitus telo vel saxo iamque spes extremas opperiens et succurrens saluti suae quavis ratione colligi omnes iussit armatos et cum starent attoniti, districta dentium acie stridens adeste inquit viri fortes mihi periclitanti vobiscum.Primi igitur omnium statuuntur Epigonus et Eusebius ob nominum gentilitatem oppressi. praediximus enim Montium sub ipso vivendi termino his vocabulis appellatos fabricarum culpasse tribunos ut adminicula futurae molitioni pollicitos.



_________________

+ spooky scary skeleton
Spirits, supernatural are shy, what's all the fuss? But bags of bones seem so unsafe It's semi-serious! Spooky, scary skeletons are silly all the same. They'll smile and scrabble slowly by and drive you so insane! Sticks and stones will break your bones They seldom let you snooze Spooky, scary skeletons will wake you with a BOO!
©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clone-club.forumactif.org
 

Sloan Von Rosen [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rosen & City : Une Aventure Extra
» Je me souviens... En hommage à Georges Perec
» Rosa Wichuraïana Variegata
» Chippendale (Tantau - 2005)
» Shogun (Evers - Tantau - 2000)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clone Club :: Incémination :: Les fiches-