Partagez | 
 

 Basile L. Perkins [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 198
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 24

MessageSujet: Basile L. Perkins [•]   Sam 19 Sep - 11:07


     
Basile Leonard Perkins
"Oh Darling You're Mine"

     

     

     
25 ans ∞Londres ∞ Conseiller/guide
Dépendant Sexuel ∞ Luxure ∞ feat: Ben Barnes


     
Myself

     
∞ Caracter: ♦Basile à appris à devenir un vrai gentleman, il connait toute la panoplie, tenir la chaise, le baise main, être polie, rester stoïque devant des situations compromettantes, il sait être courtois, bref. Il sait être tout se dont rêve les femmes lorsqu'elles se font plaisir le soir dans le noir de leurs chambres à coucher miaulant comme des chatons affamées.

♦Plus superficiel que lui tu meurs ! Les apparences ont une grande importance pour lui, et la richesse également. Il se moque bien de savoir que vous êtes le prix Nobel de chimie ou le nouveau dictateur en vogue, donnez de l'argent et du bon temps c'est tout ce qu'il demande. Cependant, il ne se laisse pas à tout le monde, si vous êtes déplaisant à regarder à moins d'être son seul espoir de tirer un coup ou d'être la troisième richesse mondial vous pouvez passer votre chemin. Il se moque de votre esprit, de votre gentillesse ou de votre sang chaud. Tout ce qui l'intéresse c'est d'être bien habillé, d'être mieux que les autres, parce que c'est qu'il est, mieux que vous, mieux que tout le monde !

♦ Le jeune homme porte une grande importance à ses affaires. Il ne supporte pas qu'on touche à ce qui lui appartient. Se délaisser de ses biens lui est impossible. Il n'est jamais satisfait il lui en faut toujours plus, c'est bien ce défaut qui l'à amené à franchir les portes de cet hôtel maudit !

♦ Depuis sa plus tendre enfance, notre Casanova se prend à rêver. C'est cette faculté à s'imaginer toujours plus grand et haut, ses ambitions qui l'ont mené à entrer dans le cercle des riches. (et en ouvrant ses cuisses aussi mais inutiles de le crier sur les toits !). Il s'en passe des choses dans sa tête, son imagination est très fertile quand aux personnes qui lui plaisent ou à son passe temps favoris (dois-je vraiment préciser lequel ?) S'échapper dans ses rêveries, lui permet de supporter un peu plus aisément d'être prisonnier de cet asile de fou hôtel

♦ Narcissique, il s'aime et c'est tout. Ni plus ni moins, il à un vexés de confiance en lui même, ahurissant pour le commun des mortels ! Il passe avant tout le monde,ses problèmes sont plus importants que les vôtres ! Cette manie de vouloir s'accaparer l'attention avait rendue sa mère à moitié folle. Sa petite personne passera toujours avant les autres.

♦ Talentueux, il à une grande facilité d'apprentissage et excelle dans divers domaines qu'il n'approfondis pas toujours. Doué avec les mots, il à également quelques notions de dessins et de piano, vestiges d'une ancienne relation avec un pianistes célèbres. Basile à plusieurs autres talents cachées, après tout, pour séduire, il faut savoir surprendre !

♦ "Femme qui rit à moitié dans ton lit" sachez que ce dicton marche également avec les hommes. C'est inné chez lui, il à le sens de l'humour mais toujours celui qui fait plaisir. C'est à double tranchant soit il lancera une blague qui fera s'exclamer l'assembler, soit il lâchera un sarcasme qui amusera tout le monde sauf vous, la pauvre victime de cette attaque verbale cinglante. Mais généralement il apprécie juste de s'amuser même le plus simplement du monde.

♦ Quand on voit les différents péchés dont est composé Basile, on peu l'imaginer tirant une tête de six pieds de long, un visage fermé et froid. C'est tout le contraire. Basile à toujours été quelqu’un de souriant, c'est d'ailleurs son plus grand atout de charmes. Si enfant ses lèvres s’étiraient pour dévoiler sa joie de vivre et son innocence, à présent elles se plissent pour séduire, rire, exprimer cette auto-satisfaction qui nourrit le jeune homme.

♦ Il ne supporte l'imperfection, il lui est extrêmement difficile de la regarder et encore plus de la tolérer. C'est à la limite du toc, les gens des bas quartiers, le désordre, une idée qu'il ne peut pousser jusqu'au bout, tout cela est capable de le rendre fou. Il n'omet jamais rien, voulant toujours être sûr que tout est parfait. Il porte une attention minutieuse aux détails petits et sans importances pour les autres, il est donc assez peu productives dans certaines tâches qu'on lui incombe... C'est très dur à vivre pour les autres qui doivent supporter cinq fois la même question toutes les trente minutes jusqu'à ce que la tâche soit finis.

♦ S'il y a bien une chose a laquelle il prête attention, c'est son apparence. Il aime plaire, aux autres comme à lui. Pire qu'une femme il peut passer une heure à se préparer, additionné son désir d'être beau à son perfectionnisme ... je vous laisse imaginer la prise de tête pour lui chaque matin. Basile ne laisse jamais rien aux hasards, s'assurant de porter le bon costume avec les bonnes chaussures, d'être implacablement coiffée, etc.

♦ Depuis ses 17 ans il a eu le temps de s'offrir ses services à bon nombre de personnes délaissées par leur moitié, ou juste trop au dessus des autres pour en intéresser d'autre. Ces proies, partenaires de quelques mois l'ont entretenus financièrement, lui on glissée entre les doigts des billets verts tout en déposant un baiser tendre sur sa joue juvénile, pour qu'il puisse "se faire un petit plaisir". Si Basile aime les belles choses il n'en est pas pour autant dépensier, cet argent il l'a gardé précautionneusement, une partie du moins car il faut savoir profiter de la vie. Avec le temps, il à réussi à amasser suffisamment d'argent pour passer de la classe moyenne à celle des riches, et il ne compte pas s'en satisfaire !

♦Il peut avoir un côtés provocateur quand il le veut aimant rendre jaloux ses conquêtes, pour pimenter un peu leurs relations, si l'ont peu les appeler ainsi.

♦ Séducteur, son plus grand plaisir et de plaire, de jouer au chat et à la sourie avec autrui. Voir les joues des jeunes filles s'empourprer devant un compliment prononcé suavement ou un homme sourire en coin devant l'audace de se jeunot est plus que jouissif pour lui. La séduction est un jeu délectable dans lequel il se complet.

♦Dépendant au sexe depuis ses 21 ans, peut de chose le rebute dans ce domaine, ayant besoin de toujours plus de sensations et de nouveauté. Le plus dur étant de trouver un(e) partenaire quand l'envie se présente, à savoir qu'il ne peut se contrôler, il a apprit à vivre avec même si parfois c'est handicapant, cependant, il ignore complètement qu'il est atteint d'une maladie, et il s'en moque à vrais dire.

♦ Si il est parvenue à se glisser dans la vie de temps de richissimes partenaires c'est avant tout grâce à son côtés opportuns. Lorsqu'une occasion se présente il ne réfléchit pas à deux fois sautant dessus (sur l'occasion bien sur ! ). Il se dit toujours qu'il ne doit pas avoir de regret et qu'il faut en profiter. Dommage que cette façon de penser l'ai amené à s'auto-emprisonner à l’hôtel.  

♦ Malgré sa faculté à sauter sur les occasions Basile sait être patient et préparer minutieusement ses plans. Patients quand il le faux c'est un calculateur né ! Il est rare qu'il agisse sans que se soit pour son propre intérêt, il peut élaborer des plans compliquer pour arriver à ses fins, et il ne reculera devant rien pour y parvenir !
     ∞ Physical: Basile aime bien présenter, il sera toujours bien habillé et tiré à quatre épingles♦ Un de ses défauts est qu'il fume comme un pompier, il est très rare de ne pas le voir avec une cigarette entre les lèvres ou les doigts. ♦ Il a toujours dans la poche intérieur de sa veste, une boite à cigarette en argent gravée ou réside également son zippo. ♦ Il n'a aucun soucis avec sa pathologie, si certains y voient une tare qu'il faudrait curer lui profite de chaque rencontres et ne compte pas se faire soigner de si tôt ♦ Bien qu'il n'ai jamais porté grand intérêt à l'école, certaines de ses proies lui ont transmis leurs cultures et leurs savoirs ♦ Il à découvert très tôt qu'il était bisexuel et l'assume pleinement se moquant bien de savoir que flirter avec un homme n'est "pas correct".  Du temps que sa proie est riche ainsi que doué au lit il se moque bien de savoir son sexe.♦  Depuis quelques temps il tient un carnet ou il répertorie ses partenaires, nom, âge, sexe, performance il y va toujours de son petit commentaire♦ Il lui est arrivé (et lui arrive encore) de consommer de la drogue, mais c'est très occasionnel, historie de pimenter un peu ses jeux. En revanche, il n'est jamais contre un petit vers d'alcool♦ Il nomme ses conquêtes ses "chéries"
     


     
My history

     
Basile Léonard Perkins, quand on entend un tel nom on voit tout de suite un espèce de petit bourgeoi qui se prend pour mieux que tout le monde! Vous avez tort sur un point. Basile n'est pas né bourgeois, il vient d'une famille modeste, ni trop pauvre ni trop riche. Son père ne voulait pas de lui et sa mère rêvait de son arrivée dans l'espoir d'enchainer son époux à elle pour quelques années supplémentaires. Il a été élevé dans l'ide qu'il devait mériter ce qu'il obtient et qu'il devait travailler pour être récompensé, il n'a pas été un enfant gâté et très vite, sa mère a regretté de l'avoir conçue ... Cet enfant égoïste, narcissique auquel il fallait sans cesse prêter attention ... Il n'a jamais reçue aucun argent de ses parents il a donc dut apprendre très tôt à charmer le reste de son entourage pour en obtenir. L'avantage quand on n'est pas couché d'affection et surprotéger c'est qu'on apprend très tôt à se débrouiller tout seul. L'école n'a jamais réellement intéressé notre protagoniste et quand l'âge ingrat montra le bout de son nez ça n'en fut que pire ! Il préférait allez s'amuser, profiter de la vie plutôt que de rester enfermé à apprendre des choses qu'il jugeait inutile. Ses fréquentations ne plaisaient pas à ses parents, il ne venait au domicile familiale que pour dormir et manger.

"On n'est pas une auberge ici ! Trouve un moyen de te nourrir toi-même ! Je t'autorise encore à dormir pour ne pas briser le coeur de ta mère ! Mais j'en ai assez que nous considère comme tes hôteliers Basile !" l'intéressé leva les yeux au ciel saisissant une pomme au passage avant de quitter la bâtisse. Il n'empêche que ça ne l'arrangeait pas trop ... Il n'avait pas d'argent pour pouvoir vivre tout seul. Être indépendant, sans soucis, avec plaisir même ! Mais comment vivre sans avoir à travailler ? Il avait à peine dix-sept ans mais, il avait déjà remarqué ce regard particulier que lui portait certaines femmes mariées, très vite l'idée fit son chemin dans son esprit.C'est ainsi qu'il se retrouva à approcher les femmes dans les bars. Si au départ là plus part se refusait à payer un jeunot pour ses performances aussi séduisant soit il, trés vite elles changèrent d'avis. Les femmes étant ce qu'elles sont il se fit rapidement connaitre par un petit groupe qui devinrent des régulières. Grace à l'argent amassé il put s'offrir des vêtements un peu plus chic, car son idée était de pouvoir se frotter à des cibles plus aisés pour avoir encore plus d'argent, son premier amour, son premier vice. La première fois, il attendit devant un club pour femmes friquées et délaissé par leurs maris, vous savez ces femmes qui se pavanent avec un décolté plus qu'indécent et qui s'effarouche quand vous avez le culot d'y plonger votre regard !Il était là, à fumer sa clope innocemment, un groupe de cougars lui passa devant, l'une d'elle semblait triste et peut à l'aise car toutes ses amies avaient déjà un amant au bras, des hommes d'une trentaine d'années, gros beauf qui transpire le désir sexuelle sale. Cette femme, qui se nommait Veronica s'arrêta disant qu'elle retrouverait sa bande à l'intérieur. D'un air nonchalant et innocent tout à fait craquant elle s'avançât vers Basile lui demander s'il avait du feu. Il se souvient avoir pensé "oui et je t'allume quand tu veux".Il lui donna, allumant sa cigarette coincé entre ses fines lèvres brillantes de glosse. Un silence s'installa un instant. "vos amis semblent prétentieuses et sans trop d'estimes pour elles-même" Véronica posa ses yeux bleus sur le jeune homme, après uns instant elle éclatât de rire. "Je ne peux que vous donnez raisons". "Elles semblent vous prendre de haut..." son sourire disparait, se prenant la cruelle réalité en pleine face ... "je peux vous aider à leur donner une leçon ... si vous le désirez" il porte sa clope entre ses lèvres l'air de rien sans quitter du regard la jeune femme, il se retient de sourire quand il voit dans les prunelles bleus que son stratagème a marché. Voir la mine dégouté de toute la bande "d'amis", scotché à leurs libidineux riches, lorsqu'elles virent Véronica au bras de Basile valait son pesant d'or ! Ils n'allèrent pas à leurs tables les ignorant. Ce soir-là, il lui avait fait l'amour sans la faire payer, certaines de ses amis lui ayant glisser leurs numéros discrètement tout au long de la soirée, il avait sa nouvelle clientèle. Le matin alors qu'il était assis au bord du lit, prêt à la quitter, elle se glissa tout contre lui. "Et si je t'entrainais ?" il l'a regarda avec surprise, il ne l'imaginait pas capable d'une telle proposition, cette femme à la gueule d'ange. "Hier tu m'as dis que tu souhaitais quitter tes parents non ?" cette révélation venait surement du verre de trop ...Il devra faire plus attention à l'avenir ! "Je peux te fournir l'argent et un logement, tout ce que tu dois faire en échange ... c'est me donner la sensation d'être aimé ..." Les femmes sont parfois étonnante, après seulement une nuit de romance alcoolisée, elle avait su lire en lui comme en un livre ouvert. C'est ainsi que Basile commençât à se faire entretenir.


"TU N'ES QU'UN SALE PETIT INGRAT ! COMMENT AS TU PUT ME FAIRE CA ?!" "Le deal c'était que je te baisais et toi tu m'entretenais ! Tu n'as jamais dit que je devais t'être fidèle" "TU DEVAIS ME FAIRE SENTIR AIMEE !" " ouais ça revient au même pour les femmes de ton âge !" Véronica balance tout ce qu'elle trouve à sa portée, les femmes franchement ... Basile l'ignore, prend ses affaires et la quitte sans se retourner, même quand elle le supplie de lui pardonner. Il en a finit avec elle, elle s'est trop attaché, elle devient trop chiante. Jesabelle, elle sait parfaitement pourquoi il s'intéresse à elle, et elle l'accepte. Elle souhaite seulement oublier que son mari la délaisse.Il change donc de chambre d'hôtel, il est rarement dans la même, mais il ne prend toujours une pour y poser le plus gros de ses affaires. Ses proies, de toute façon lui réserve toujours ces petits nids d'amours pour plusieurs jours. Ainsi est faite sa vie à présent, il flirt, satisfait ces personnes en manque d'affection en leurs faisant se vider le portefeuille. A ses dix neufs ans il fut invité par son père à venir diner, il fut surpris n'ayant plus vraiment de nouvelles de ses parents depuis plus d'un an. Mais tout ce à quoi il eu droit fut une enguelade et une gifle, son père l'avait surprit au bras d'un homme, bien trop proche pour n'être qu'un ami. Il était écoeuré de savoir son fils pédé. "Tu m'as dit de me débrouiller tout seul, c'est ce que j'ai fais, les gay refoulé paye plus que les femmes mariées". Un sourire narquois ornât son visage, son père quant à lui ne sachant si son fils était sincère ou non passa à deux doigts de la syncope tant il était fou de rage. Basile partit sans demander son reste, ce fut la dernière fois qu'il vit ses parents. Les proies s'enchainèrent, tout comme les lits et les cadeaux. Tout se passait bien pour lui, il profitait insouciant.

C'est à ses vingts et un an, âge où il était finalement majeur dans le monde entier, que tout bascula. Le sexe avait toujours été un plaisir pour lui, lié à sa dépendance pour l'argent. Mais tout bascula cette année. Il ne sait plus si ça c'est fait d'un coup ou progressivement, mais il se surpris à quitter ses riches amantes certains soirs, pour se rendre dans des bars malfamées dans l'unique but de trouver quelqu'un avec qui passer la nuit. Etant censé "aimer" ses chéries il ne pouvait leur demander (pour la plus part) de satisfaire ses envies incontrôlables. Il en avait envie de plus en plus souvent, et une simple partie de jambes en l'air ne le sustentait plus, il avait besoin de plus de nouveautés et de sensations. On peut le catégoriser de pervers, c'est un peu le cas en un sens. Même si pour lui il ne cherche qu'à s'amuser, en quoi est-ce plus sale de s'amuser avec trois partenaires qu'avec un seul ? C'est juste plus dur de s'organiser sur qui va ou et qui fait quoi. A sa grande surprise, le sexe prit le dessus sur tout le reste dans l'esprit de Basile bien que l'argent restait primordiale pour lui, se qui l'intéressait le plus était de trouver avec qui s'envoyer en l'air, plusieurs l'hôtel l'interdirent de séjours à cause de ses "activités douteuses". C'est ce qui l'amena à chercher un nouvel endroit ou poser ses valises et ou trouver de nouveaux "chéries" et de nouveaux partenaires de jeux. Quel dommage qu'il ai choisit d'entrer dans le seul hôtel dont il ne pourrait plus jamais ressortir. . .
     


     
Behind the mask...

     

     
∞ Personnage: Scénario
     ∞ Joué: sur TMH puis abandonné
   

     
© sobade.

_________________

+ spooky scary skeleton
Spirits, supernatural are shy, what's all the fuss? But bags of bones seem so unsafe It's semi-serious! Spooky, scary skeletons are silly all the same. They'll smile and scrabble slowly by and drive you so insane! Sticks and stones will break your bones They seldom let you snooze Spooky, scary skeletons will wake you with a BOO!
©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clone-club.forumactif.org
 

Basile L. Perkins [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOS pour Basile, mâle, X Bruno du jura.(74)
» Basile drahthaar mâle de 4 ans dont 3 ans de box dpt13
» Moteur Perkins
» BASILE chien de chasse(ADOPTé)
» Basile est arrivé!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clone Club :: Incémination :: Les fiches-