Partagez | 
 

 Edvald N. Orfeusson [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 198
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 24

MessageSujet: Edvald N. Orfeusson [•]   Sam 19 Sep - 12:52


Edvald N. Orfeusson



41 ans∞ Islande ∞Projectionniste
Dans une relation ∞ Hétérosexuek∞ feat: Richard Armitage


Himself

∞ Caracter: ✘Eðvald est un homme solitaire. Il n'aime pas la compagnie de ses comparses et ils lui rendent bien. En effet par sa taille impressionnante (2m10) et sa carrure de bodybulder, la plus part préfère l'éviter, son air renfrogner et ses yeux haineux n'aide pas à la sociabilisation. Mais ça lui convient bien, il préfère voir les autres détourner leurs regard craintif de lui plutot que d'avoir à faire à faire la conversation. Très secret il en dit toujours peu sur lui, détournant les questions pour rester évasifs un maximum. Les autres le ralentissent et l’ennuie, il est très bien tout seul !
✘La plus part vous le diront il est bestial, Eðvald est comme un animal, prés a morde et blesser à n'importe quel moment. Il faut s'en méfier, c'est un chien enragé. Calme en apparence un oeil averti peut déceler le feu qui boue dans ses veines, on l'à déjà vu envoyer valser une table d'un coup de pied après une mauvaise nouvelle, lorsque le feu est devenue lave et à percé son cœur pour se déverser à l'extérieur.
✘Il à une passion pour les oiseaux et l'astronomie, il aime observer les deux à longueurs de journée. Ses autres passions sont les objets anciens, plus particulièrement les anciens projecteur et les vielles camera, il aime les décortiquer et les nettoyer, les reconstituer, ça lui vide la tête.
✘Il n'en à  pas l'air mais il est cultiver niveau littérature, art et cinéma. Celà sentent principalement dans sa façon de s'exprimer, lorsqu'il se décide à délier sa langue il peut avoir la prose facile. Seulement, cela lui va que tout le monde le pense stupide, on ne cherche pas à lui faire conversation au moins.
✘Il entretient son corps ne voulant plus être faible comme il à put l'être dans le passé, cela vire à l'obsession. Mais il à en réalité un grand complexe, il n'aime pas l'infériorité et la faiblesse, il l'aime la créer chez les autres, mais  chez lui i trouve cela insoutenable. Il ne supporte pas sa cicatrice et sa prononciation dysfonctionnel. Il doit généralement éviter les mots avec des "s, il réfléchit donc toujours énormément avant de parler et pèse chacun de ses mots. Il n'aime pas qu'on lui touche le visage et surtout sa cicatrice.
✘Ed méprise les femmes, cela lui vient de ses entrailles, suintent à travers les murs et les objets pour venir résonner dans son esprit, il doit leurs faire du mal, les posséder. Quand une pécheresse lui tape dans l’œil, il l'observe un temps si l'envie peut attendre, il observe attendant le moment propice. Mais souvent le feu dans ses veines est trop intense et dès qu'il est sur d'être seule avec la jeune pucelle il plaque sa main gigantesque sur sa bouche. Les viols sont brutaux mêlés de sang et de larmes. L'islandais étant disproportionné de partout (dois je réellement faire un dessin ?!) se n'est jamais agréable pour la jeune fille. Il à toujours de quoi brouiller l'esprit de ses victimes, suffisamment pour qu'elles oublient son identité, suffisamment peu pour qu'elles savourent toutes les douleurs qu'il leurs inflige. Une fois fini il prend un trophée, généralement un bijoux et les gardent dans un coffret en bois gravé. C'est plus fort que lui il doit faire souffrir se déverser, partager ce feux en lui, calmer la bête.
✘Il est sans scrupule et sans remords, il se moque bien de blesser ou de détruire une vie, on peut même dire qu'il est sadique sur les bords.


His history

Qu'elle horreur ... Qu'elle abomination sort de son ventre ... Cet enfant difforme qui donne l'impression de sourire ... Un signe du diable ... Salina et Zakaría eurent cette immondice alors que Salina était marié à un riche homme d'affaire Atlas Nielsson, qui ne mit pas longtemps à découvrir l'infidélité de sa femme. Sachant que l'enfant devrait vivre dans la honte d'être illégitime il accepta de faire un geste, un dernier geste. Il offre une chirurgie reconstructif à l'enfant qui ne gardera comme séquelle qu'une cicatrice "bec de lièvre" et une difficulté de diction. Eðvald grandit dans un foyer forcé de s'unir pour garder l'honneur sauf, laver quelque peu ce crachat que ses amants ont jeter sur le nom de leurs familles respectives. C'est comme ça dans leur village, un endroit très puritain et intransigeant. Ils se marient peu après le divorce de Saline, avec le salaire misérable de Zakaria ils peuvent s'offrir une petite maison misérable. L'éducation est rude, pleine de dégout et privé de tout amour. L'enfant parle mal et il lui faudra attendre ses dix ans pour espérer avoir un enseignement digne de ce nom.  On ne supporte pas sa voie roque et sifflante à la maison, sa façon de parler du nez et de trébucher sur les mots. Il apprendra tout seul à  bloquer sa cloisons nasal pour s'exprimer plus convenablement. A ses quartes ans déjà, il voit dans le corps des femmes quelques choses qu'il veut posséder et détruire.

Salina est sèche, pleine de dégout, violente parfois, un psy de comptoir dirait que cette indifférence de sa mère a créé en lui cet être misogyne. Mais lui n'y croit pas, il voit juste en elle des êtres salaces, des menteuses aux courbes aguicheuses qui ne demande qu'à être puni de la façon la plus douloureuse possible.  Sa première victime, il la fait à ses 14 ans, elle s'appelait Anna, un jolie brin de fille au cheveux roux, le regard pétillant. Elle s'intéressait a Ed, le trouvait mystérieux, elle avait cette curiosité malsaine de découvrir si il était aussi bien battit de partout, une question récurrente chez les jeunes pucelles de l'écoles. Il c'était retrouvé dans l'épave d'un vieux bateau, squelette morbide sur la plage grisâtre. Tout aurait dut se passer bien celons l'esprit juvénile d'Anna, mais dans l'esprit d' Eðvald les engrenages ne tournes pas toujours ronds. Il a vue en elle une pute, un être immonde qu'il a pourtant désiré, il l'à prit, l'a déchirant de l'intérieur. Ses mains calleuses encerclent son cou fin, et serrent, aussi fort que possible après l'avoir frappé au visage pour la calmer. Alors que lui atteint l'extase pour la première fois dans une femme, elle pousse son dernier souffle. Il n'est même pas choqué, seulement fasciné. Il découvre un peu plus ce corps, l'observe, le goute, comment c'est fait une femme ? Est-ce que maman à le même gout ? Au final i noue la capote et la range dans sa poche puis jette le corps à la mer, il se ra retrouvé quatre jours plus tard sur la rive, jamais personne ne saura la vérité.

Les victimes se multiplie, il apprend à les brutaliser suffisamment pour qu'elles oublient tout, il use de produit chimique pour troubler leurs mémoires. Il travail au cinéma du village pour aider le vieux projectionniste qui est sur sa fin de vie, il à donc tout les produit à disposition. Il aime démonter les projecteurs, comprendre leurs mécanismes, et il oublie ainsi l'ambiance merdique du foyer familiale. Il songe à partir de l'Islande, c'est une petite île, il veut voir plus, punir plus de femmes en goutter une plus grande variété. Il avait déjà planifié son départ pour le lendemain matin, il rentre du travail, il à 20 ans a présent, ses parents se tiennent dans la cuisine, 'air grave, il ne comprend pas, il fond toujours comme si il n'était pas là, puis, il le voit, son carnet avec les noms, les dessins, parfois les photos, des meches de cheveux et des détails sordides sur ses victimes, et son coffret avec les bijoux qu'il leur vole, ses biens sont dans les mains crasseuses de sa mère la catin ... Elle lui hurle dessus, lui jette un verre dessus un morceaux s'enfonce dans sa joue sans qu'il ne bronche. "J'AURAIS DUT LE SAVOIR ! TU N ES QU'UNE ABOMINATION ! UN PUTIN DE MONSTRE !!! SALE BATARD ! JE VAIS TE DENONCER AU FLIC !" alors qu'ed entreprend de stopper sa mère, son père s'interpose, il lui torse le coup dans difficulté puis plaque sa main sur la bouche rougeâtre de Salina. "sshhhh" fait il la pressent contre son érection douloureuse "j'ai toujours voulu savoir quel gout tu avais maman !" il la fixe, voit ses yeux luire de larme, la terreur dans ces prunelles absinthe l'excite d'avantage, il la possède, la goute ... puis finalement profite de son inconscience pour lui ouvrir les veines simulant un suicide. En se qui concerne son père il prend ses affaires et les jettes dans un puis profond perdue au milieu de l'ile ainsi que le corps. Ainsi tous penseront que le mari est parti et que la femme ne l'a pas supporté.

Il quitte l'Islande et part pour l'Europe, il ne passera jamais plus de deux ans dans le même pays. Il va en suède, au Danemark, en France, puis finalement à Londres. Il en a fait du chemin, tant de victimes à présent, et Londres est a lui à présent, un nouveau Jack L'éventreur arrive sauf qu'ici ça serait plutôt  Eðvald le violeur. Il parcours les petites annonces, il a exercé plusieurs métiers dans son exile, mécaniciens, vigile, gardiens, mais être projectionniste lui manque, c'est pourquoi il à sauté sur l'occasion quand il a vu l'annonce pour le Fitzgerald Hotel. Les portes se refermant sur lui on sonné à ses oreilles comme un glad macabre, un rire narquois se moquant de cette ironie qui venait de lui arriver. Lui qui avait fuit la prison depuis ses 14 ans, se retrouvait finalement emprisonné dans cet hôtel pour toute l'éternité. Sept mois se sont écoulés, son métiers l'apaise mais plus que tout les clientes qui constitue un nouvel air de jeux pour lui, il y en a tellement, et l'hôtel et si grand , il est facile de les piéger et de les délaisser ensuite au détours d'un couloir, la mer rouge se déversant entre leurs cuisses salaces.

Eðvald marche dans l'immense jardin de sa nouvelle demeure, écoutant le chant des oiseaux, un hymne à son être lui semble t il. Sa vision tordue perçoit les arbres ployer de tout leurs poids devant lui, signe de respect ou de crainte ? Les deux le satisfait amplement. Le chant des ailes se fait bien plus ample, comme un orchestre chrétiens au Vatican, il à toujours eu une bonne ouïe. Le concert se stop brutalement au craquement brutal d'une nuque minuscule contre un arbre. Il se dirige vers le bruit et là, il la découvre. Andréa Fitzgerald, accroupie penché sur le cadavre de l'oiseau dont la nuque forme un angle improbable. Sa robe blanche laissant entrevoir sa lingerie pour un oeil avertie et imaginatif, la jupe relevée sur ses cuisses blanches, ses cheveux rassemblé sur son épaule tombant comme une cascade sur sa poitrine quasiment inexistante, ses doigts graciles tenant l'oiseau bleu d'une main le caressant avec tendresse et un grand respect de l'autre, puis finalement, elle tourne ses yeux bleu sur lui. Il à presque honte de lui montrer son visage monstrueux, si il avait été croyant il aurait put croire à la réincarnation de la vierge marie. Ils s'observent l'un l'autre craignant que chacun voit le monstre en eux ... Finalement Eðvald s'approche à pas de loups gracile comme si il craignait qu'elle ne soit qu'un mirage, une apparition sous forme humaine de l'âme de l'oiseau. "C'est une mésange bleue" dit il en faisant un effort surhumain sur le "s". Il voit alors que la jeune fleur à les yeux perlé de larmes scintillantes, elle les rebaisse sur le petit cadavre encore chaud. "nous n'en voyons jamais dans cet endroit ... elle n'aurait jamais dut venir se nicher dans cet enfer ... sa vie aurait été bien plus longue ..." elle semblait accablée par un poix qui lui pesait sur l'âme, il s'accroupie a côtés d'elle sans la quitté des yeux, finalement il regarde l'oiseau et referme ses deux mains gigantesque sur celle d'Andréa, avec délicatesse il emprisonne cette main et le cadavre. Elle se retourne vers lui alors, et leurs regard se croisent, elle ne le défigure pas, elle ne fixe pas sa cicatrice, elle le regarde, tout simplement. "Nous allons lui offrir une sépulture digne de se nom ..." arrive t il a articuler, il s'attend à être repoussé mais elle lui sourit, et ce sourire lui transperce le cœur, il espère qu'il c'est gravé dans sa rétine car jamais, au grand jamais, il ne veut oublier cet instant.


Links forever

∞ Andréa Fitzgérald :
Il a rencontré la jeune fille il y à peu, elle est la seule femme qu'il tolère, qu'il ne veux pas souiller, il veut la posséder et la voir sourire. Elle voit le meilleur en lui ignorant son visage défiguré, sa taille disproportionné, là ou tous voit un monstre elle voit un homme qui à besoin d'être compris. Andréa lui fait ressentir des choses étranges, il à toujours peur de la casser quand il la touche de ses mains gigantesques, ce petit oiseau fragile. Il est toujours heureux de la voir c'est bien la seule qu'il attend impatiemment de rencontrer, il n’a pas honte de ses problèmes d'élocutions face à elle, elle est toujours patiente et l'aide même quand une syllabe refuse de sortir. Il ne c'est pas encore rendu compte qu'elle devenait sa faiblesse et il vaut mieux qu'il continue de l'ignorer, il est suffisamment préoccupé a se qu'elle ne découvre jamais son côtés monstrueux. Il à déjà pensé à coucher avec elle, mais et si ses travers reprenait le dessus ?! Et que leurs belle relation ne devenait alors plus que physique ? Il aimerai la posséder tout entière, la briser pour ramasser les morceaux et l'enfermer dans une boite de satin dont lui seule aurait la clé, mais elle verrait alors le monstre en lui, et tout serait perdu pas vrais ?

∞ Andy :
Il ne l'a jamais rencontré mais de se que Andréa lui a raconté il ne l'aime pas. Et andy ne l'aime pas non plus, il rend son double heureuse et il la rassure ... quand Andréa est avec lui andy ne peux jamais prendre le contrôle elle est bloqué ... et ça elle déteste ça.  

∞ Zachary :
Tout les deux ils ne s'apprécient pas. Ed n'aime pas la façon dont Zach le fixe et l'analyse et Zach trouve ce grand dadet bien trop étrange ... il cache forcement quelque chose et il est bien déterminé à découvrir quoi !
© sobade.

_________________

+ spooky scary skeleton
Spirits, supernatural are shy, what's all the fuss? But bags of bones seem so unsafe It's semi-serious! Spooky, scary skeletons are silly all the same. They'll smile and scrabble slowly by and drive you so insane! Sticks and stones will break your bones They seldom let you snooze Spooky, scary skeletons will wake you with a BOO!
©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clone-club.forumactif.org
 

Edvald N. Orfeusson [•]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clone Club :: Incémination :: Agenda-